« FRANCOIS D’ASSISE »

LA PREDICATION AUX OISEAUX

création

François-René  Duchâble : piano       -     Alain Carré : comédien et adaptation

 

                                   « Frère François naît à la fin du XIIème siècle, dans une Italie divisée par les guerres, entre les murs d’une petite cité moyenâgeuse : Assise.

Il grandit quelques années avant la troisième croisade, à une époque qui hésite entre heur et malheur, comme si elle attendait la venue de quelqu’un. Il connaît l’oisiveté et les plaisirs des jeunes gens riches de son temps. Il rêve de connaître le monde, de devenir grand prince, chevalier.

                                   Mais quelqu’un est caché, qui l’attend. Quelqu’un qui ne connaît ni armes, ni titres, no orgueil : Dieu »

                                   Pour rendre hommage à Franz Liszt (1811-1886), comment ne pas évoquer, au piano, la légende Saint-François d’Assise – La Prédication aux Oiseaux.

                                   Musique et textes de Christian Bobin et François d’Assise font de cette création un moment d’élévation, de spiritualité, de simplicité et de vérité.

                                   De la sagesse du pauvre naît une forme de beauté particulière et envoûtante, un message de paix et d’unité, d’amour entre les êtres et toutes les créatures de la terre.

                                   « L’enfant partit avec l’ange et le chien suivit derrière. Cette phrase convient merveilleusement à François d’Assise. On sait de lui peu de choses et c’est tant mieux. Ce qu’on sait de quelqu’un empêche de le connaître. Ce qu’on en dit, en croyant savoir ce qu’on dit, rend difficile de le voir.

                                   On dit par exemple : Saint-François d’Assise. On le dit en somnambule, sans sortir du sommeil de la langue. On ne dit pas, on laisse dire. On laisse les mots venir, ils viennent dans un ordre qui n’est pas le nôtre, qui est l’ordre du mensonge, de la mort, de la vie en société.

                                   Très peu de vraies paroles s’échangent chaque jour, vraiment très peu. Peut-être ne tombe-t-on amoureux que pour enfin commencer à parler. Peut-être n’ouvre-t-on un livre que pour enfin commencer à entendre.

                                   L’enfant partit avec l’ange et le chien suivit derrière. »

Programme

Photo Duo 2016 2 

Prélude n°1 du clavecin bien tempéré (1er livre) en ut majeur J. S. Bach
L’enfant partit avec l’ange et le chien suivit derrière. C. Bobin
1ère Gymnopédie E. Satie
+
L’enfant partit avec l’ange et le chien suivit derrière (suite)
C. Bobin
A certains moments de l’histoire…  J. Green
L’automne 1182, en Italie. C. Bobin
Légende Saint-François de Paule marchant sur les flots F. Liszt
Dieu, c’est le nom de quelqu’un… C. Bobin
Adagio du concerto pour hautbois de Marcello – transcription J. S. Bach
Trois mots donnent la fièvre C. Bobin
Prière  Saint-François d’Assise
Ich ruf zu dir J. S. Bach
 Jeune homme qui s’en va nu loin de son père C. Bobin 
 Louanges à Dieu Saint-François d’Assise 
Légende de Saint-François d’Assise – La prédication aux oiseaux F. Liszt
+
Un moineau parle
C. Bobin
L’hiver E. Leclerc
La Pavane G. Fauré
François d’Assise ne pouvait éviter cette rencontre…                        C. Bobin
Sonnet de Pétrarque n°104
(extrait de la 2ème année de Pèlerinage – Italie)
F. Liszt

Salutation à la bienheureuse Vierge

Saint-François d’Assise
Sarabande (extraite de la Suite pour piano) C. Debussy
C’est avec sa voix qu’il séduit… C. Bobin
Prière Saint-François d’Assise
Adagio de la Toccata pour orgue J. S. Bach
Il se retire dans la solitude C. Bobin
Cantique de Frère Soleil Saint-François d’Assise
+
Consolation                                                                                     
F. Liszt
Loué sois-tu pour notre soeur la mort… C. Bobin
Lorsque vous me verrez… J. Green
Testament d’avril 1226 Saint-François d’Assise
Prélude op.28 n°20 en ut mineur F. Chopin
Au crépuscule du soir…. J. Green
Le reste. Vaut-il la peine d’écrire le reste… C. Bobin
Prélude n°1 du clavecin bien tempéré (1er livre) en ut majeur J. S. Bach